Contrôler son attention 

Allo tout le monde 🙂

Aujourd’hui, je vous propose une méditation qui m’a beaucoup aidée durant des moments de douleurs intenses.

Concrètement, je vous présente un exercice qui va reprogrammer votre cerveau pour qu’il n’ait pas toujours le réflexe de se concentrer sur les douleurs physiques.

Au bout de quelques temps, vous serez apte à ressentir des sensations qui ne sont pas douloureuses pour qu’à moyen/long terme, vous puissiez retrouver un bien-être physique.

L’exercice d’aujourd’hui s’appelle la méditation des îles de sécurité, que j’ai apprise lors de ma formation avec le professeur Hart Lazer.

Le terme îles de sécurité fait référence aux endroits du corps où il y a moins de terminaisons nerveuses, donc moins de sensations. Ça signifie qu’on ne ressent pratiquement jamais de douleurs à ces endroits!

Le nez, les lèvres, les joues, les oreilles sont des exemples d’îles de sécurité. Vous rappelez-vous avoir souvent eu mal aux joues? ( si c’est parce que vous aviez trop ri, ça ne compte pas hihi)

Comme je l’ai mentionné, cette médiation est surtout efficace lorsqu’on vit de grosses crises de douleurs chroniques où a l’impression qu’on perd le contrôle et qu’on a mal partout.

En effet, elle permet de développer la capacité de concentration en décidant  de ressentir les parties du corps qui nous ne font pas souffrir.

À prendre en note avant la séance :

  • Choisissez une posture dans laquelle vous êtes confortable (assis, couché, debout, peu importe!). Si vous avez de la difficulté à rester immobile, il n’y a aucun problème à ce que vous marchiez durant la méditation. Par contre, je vous conseille de ne PAS fermer les yeux si vous optez pour cette option…J’aime mieux le rappeler au cas ou…hihi!

 

  • Oubliez aussi l’idée que la méditation se pratique toujours assis en indien. C’est une pensée très courante, mais entre nous, ce n’est pas nécessairement la plus confortable car elle nécessite un certain degré de souplesse. Déjà que méditer est une pratique qui demande de la concentration, n’allons pas ajouter un degré de difficulté inutile!

 

  • Bref, gardez seulement que l’important pour la méditation, c’est que vous soyez physiquement confortable, peu importe la posture pour laquelle vous optez 😉

 

 

La méditation des îles de sécurité

Je vous invite à fermer les yeux si vous le désirez.

Concentrez-vous sur le nez.

Prenez le temps de le ressentir. Observez l’air entrez dans vos narines à l’inspiration. L’air est froid ou chaud? Humide ou sec?

Après quelques instants, concentrez-vous sur l’expiration.

Est-ce que l’ai est plus chaud en sortant de votre nez? Peut-être aussi remarquez-vous que l’air est plus humide à l’expiration.

Essayez désormais de ressentir le nez le mouvement du nez lors de vos respirations.

Sentez-vous qu’il semble se rétracter à l’inspiration et s’allonger à l’expiration?

Doucement, on porte notre attention sur nos oreilles.

Sont-elles chaudes ou froides?

Qu’elles soient chaudes ou froides, concentrez-vous à ressentir la chaleur (ou la fraîcheur) dans cette partie du corps.

Vos cheveux touchent vos oreilles? Est-ce que ça vous chatouille? Est-ce que vos cheveux enveloppe vos oreilles?

Ressentez aussi vos lobes d’oreilles.

Est-ce que des boucles d’oreilles y sont accrochées?

Est-ce qu’au contraire vous ne ressentez rien du tout aux lobes d’oreilles?

Concentrez-vous donc sur cette absence de sensations qui est aussi importante à noter qu’une sensation ressentie.

Doucement, ouvrez les yeux, s’ils étaient fermés.

 

Fin de l’exercice

Ce qui est bien avec cette méditation c’est le fait que même si on ne ressent pas toujours de sensations, c’est positif.

En effet, c’est beaucoup mieux de se concentrer sur une partie du corps chez laquelle on ne ressent pas de sensations particulières que d’être toujours focaliser sur celles qui nous font souffrir.

Cet exercice est un bon point de départ pour développer notre capacité d’analyser les différentes sensations physiques. Pas seulement celles qui sont désagréables, mais aussi celles qui procure de la chaleur et des picotements par exemple.

 

Petit mot de la fin

Je sais! Les douleurs essaient touuuuujours de capter votre attention. Les premiers temps, le travail est plutôt axé sur le développement de la concentration. C’est donc encore une fois grâce à plusieurs séances quotidiennes (d’environ 5-6 minutes) que vous allez ressentir les changements dans votre capacité de concentration.

Pour m’écrire, allez dans la section commentaire du blogue… Je me fais toujours un plaisir de vous répondre et d’assister à vos progrès quotidiens!

PS : Pour d’autres exercices simples, je vous recommande de consulter mon guide gratuit «Mes 5 trucs anti-fibromyalgie» disponible directement sur ce site internet. Vous recevrez aussi tous les prochains blogues directement dans votre courriel. C’est une bonne façon de s’assurer de n’en manquer aucun! 😉